Return to site

Elan du coeur au service de la Vie...

par Isabelle Padovani

· Article

J'ai reçu ce matin de ma collègue Michèle Guez, formatrice en CNV, l'information que l'une de nos collègues belges avait besoin de soutien : elle risque de perdre la vue si elle ne se fait pas rapidement opérer des deux yeux mais elle n'a pas les moyens financiers d'assumer les frais de ces opérations onéreuses.
Je ne connais pas personnellement Marie-Louise, mais son parcours de vie me touche beaucoup, de par son immense engagement au service de la paix : j'ai reçu comme un cadeau ce matin de pouvoir faire quelque chose qui contribuera pour elle, sur le plan financier et cela m'a donné l'élan de vous offrir ce cadeau, également.

Marie-Louise Sibazuri est une formatrice en CNV originaire du Burundi.
Elle a été professeur de lettres et depuis des années, elle est auteure de théâtre, metteur en scène, conteuse et écrivain.
Elle vit en Belgique depuis la fin des années 1990, quand elle a dû fuir son pays après que son mari a été blessé, que sa maison a été détruite et qu’elle a refusé de siéger en tant que membre nommé du Parlement.
Marie-Louise a écrit plus de 70 pièces dans son pays, en français et en kirundi, pièces dont une bonne moitié ont été montées dans les écoles, à l’université et une demi-douzaine primées et régulièrement montrées à la télévision burundaise.
Au début de la guerre, alors qu’elle était encore au Burundi (1993-1997), elle a participé avec sa troupe multiethnique Geza aho à plusieurs opérations d’organisations internationales en faveur de la paix, du dialogue national et contre le Sida ou les violences faites aux femmes, notamment en montant des pièces de théâtre éducatives filmées, par exemple avec le CICR (Comité international de la Croix-Rouge), l’OMS (Organisation mondiale de la santé), le FNUAP (Fonds des Nations unies pour la population) ou encore l’Unifem (Fonds de développement des Nations unies pour les femmes).
En 1997, elle débute sa collaboration avec l’ONG Search for Common Ground, qui entamait alors le montage du Studio Ijambo, rapidement devenu une institution phare de la radiophonie de paix au Burundi.
C’est à cette époque qu’a commencé la diffusion, sur la radio nationale, du feuilleton hebdomadaire intitulé Umubanyi niwe muryango (« Nos voisins, c’est notre famille »), pour la tolérance et la réconciliation ethnique, qui a immédiatement remporté un grand succès auprès de tous les Burundais.
Partie en exil en Belgique, en 1998, Marie-Louise continue d’écrire les textes de ces épisodes d’une vingtaine de minutes qui rythment, depuis près de 10 ans, les programmes des radios burundaises. Elle a aussi écrit d’autres « soap operas » de ce type, comme Tuyage Twongere (« Discutons-en encore »), diffusé depuis 2003. En Belgique, où elle a suivi plusieurs formations universitaires, Marie-Louise Sibazuri mène toujours une vie active de militante associative (vice-présidente de l’association Iriba) et d’artiste aux multiples talents et transmet également la CNV.

Voici la lettre qu'elle a adressé à ses connaissances, récemment :

Il y a des actes qui sont parfois difficiles à poser. Pour moi, l’un d’eux est de demander. Et surtout de demander en urgence comme c’est le cas en ce moment.
En effet, depuis quelques années, j’ai des problèmes de clarté dans la vision. Depuis quelques mois, j’avais l’impression de regarder à travers un brouillard qui s’épaississait de plus en plus. Jusqu’à il y a deux semaines, lorsque j’ai regagné la Belgique pour consulter un spécialiste en ophtalmologie. Et qui m’a appris que si je n’étais pas opéré rapidement des deux yeux, j’allais droit vers la cécité. Mon œil droit n’est plus qu’à 12 % de vision. Le gauche se débrouille encore mais pas de beaucoup. Je me suis sentie effondrée du fait que mes yeux sont mon outil de travail et que c’est sur eux que je compte pour assurer mon autonomie. J’étais d’autant plus anéantie que les frais des deux opérations, programmées (sous réserve) pour le 29 mai et le 07 juin, sont exorbitants. Pour chaque œil : 300 euros d’examens post opératoires, 2440 euros de matériel et frais d’opération, 70 euros fois trois consultations de suivi (le lendemain de l’opération, une semaine après puis un mois après). Cela fait 2950 euros par œil, sans compter les frais d’hospitalisation au cas où, ainsi que les divers autres frais connexes (examens sanguins, cardiaques…). Je me trouve donc confrontée au challenge de trouver quelques 6000 euros en moins d’un mois et demie. Sans emploi rémunéré depuis quatre ans, je ne peux pas solliciter un crédit à la banque. Je ne vois donc comme issue que de faire appel à votre soutien, si les moyens vous le permettent. Mais aussi de demander votre appui pour relayer ce message si vous connaissez quelqu’un qui aurait l’élan d’y contribuer. Tout don a du sens : même l’océan est fait de gouttes d’eau.
Ceci est une demande. Si elle vous importune, veuillez m’en excuser et l’ignorer. Par contre, si vous avez la bienveillance de contribuer, avec la mention « soutien à l’opération », mon numéro de compte dans la banque ING est :

BE83 340 1823189 15
BIC : BBRUBEBB
Mon adresse est :
Marie-Louise SIBAZURI
Rue Maurice Charlent, 2
1160 Auderghem (Bruxelles)
BELGIQUE
E-mail: sibazurimarielouise@yahoo.fr

Il est également possible de faire un don en passant par cette page : https://www.gofundme.com/marielouise-sibazuri-eye-surgery

Je ne sais pas si, comme moi, vous accordez de la valeur à "voir", mais si c'est le cas, peut-être que l'élan de votre coeur vous portera, aujourd'hui, à faire un don pour que Marie-Louise puisse continuer à voir la beauté du Vivant ! Par avance, un immense merci pour votre contribution !

Isabelle Padovani
www.communification.eu

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly